All posts filed under: Approfondissement 2

Conservation ex situ et réintroduction de plantes menacées: un projet pilote

La conservation ex situ d’espèces végétales rares et menacées dans des jardins botaniques et leur réintroduction dans des habitats naturels appropriés pourrait à l’avenir jouer un rôle de plus en plus important pour la sauvegarde de la biodiversité, notamment en relation avec le changement climatique. Un projet pilote étudie, d’un point de vue scientifique, les facteurs de réussite des réintroductions.

Liste rouge des plantes vasculaires – les espèces menacées en Suisse

Les listes rouges, établies au niveau mondial, national et régional, ont toutes comme objectif de montrer l’actuel statut de menace d’une espèce et elles doivent de ce fait être régulièrement actualisées. Elles sont un outil indispensable pour les différents acteurs de la protection de l’environnement ; parallèlement aux lois et ordonnances, elles permettent aux instances concernées de prendre les décisions appropriées. La nouvelle Liste rouge des plantes vasculaires de Suisse (2016) a été révisée par Info Flora selon les directives de l’UICN et sur mandat de l’OFEV. Elle remplace ainsi la Liste rouge 2002. Sur les 2613 taxons évalués, 55 taxons sont considérés comme éteints ou disparus et 111 sont au bord de l’extinction. 197 taxons sont en danger et 362 vulnérables. Enfin, 415 taxons sont considérés comme potentiellement menacés. La Liste rouge est disponible sur le site internet de Info Flora. Lien pour télécharger la List rouge.

Tâches et protection des espèces dans les jardins botaniques

Des sources écrites attestent que la Suisse connaissait une véritable culture des jardins déjà du temps des Romains. Cultivé dans les couvents, cet héritage antique a perduré et les jardins de plantes médicinales datant du Moyen Âge ont influencé ensuite les jardins paysans et les jardins de curé. Les premiers jardins botaniques universitaires datent du XVIe siècle en Italie: Pise (1543), Padoue (1545), Florence (1545). Caspar Bauhin, professeur d’anatomie et de botanique à l’Université de Bâle, y aménagea en 1589 le premier jardin botanique de Suisse. Viennent ensuite en 1748 Zurich, en 1789 Berne et en 1817 Genève. Au début, ces jardins botaniques servaient en priorité à la formation des médecins et pharmaciens comptant surtout des plantes médicinales, aromatiques et vénéneuses. La découverte de nouveaux continents a ensuite amené de nombreuses plantes exotiques en Europe, et les jardins botaniques se sont transformés en importants centres d’échange de plantes vivantes ou séchées (herbiers), privilégiant l’information et la recherche botanique. Au XVIIIe siècle, à l’époque de Carl von Linné, naturaliste et fondateur de la systématique du vivant, …